Cyrille Guilbert
L’Obscurité
roman

Laure Marsant vit seule et recluse dans le village de son enfance. Autour d’elle, les rumeurs de guerre enflent et s’exacerbent. Elle sait mieux que personne de quoi il retourne, que la guerre n’est plus un événement mais un état, et qu’elle est devenue, de fait, inéluctable. Mais quelle est la nature réelle du mal ? Les hommes ne font-ils pas erreur en le nommant, croyant l’enfermer dans une catégorie quand il s’agit en vérité de leur propre substance ? Face à ce constat, celle qui pourrait être la sacrifiée ou la sainte oppose un refus sans gloire, avant de s’enfoncer peu à peu dans un crescendo de violence et cède à ses pulsions les plus noires. Un premier roman magistral, qui repose sur une écriture envoûtante.

Extrait : « Je déclarai plus brutalement que cette guerre au contraire passerait sur nous comme un rouleau-compresseur et que chaque famille en serait meurtrie. La guerre devenait un avenir inévitable pour nous qui avions perdu toute notion de l’amour ou de la simple fraternité, nous y référant pour nous en moquer comme de vieux costumes mités, des habits portés dans l’enfance et qui paraissaient aujourd’hui le comble du grotesque. La guerre arrivait et nous ne pouvions plus rien y faire. »

L’auteur : Cyrille Guilbert est né à Boulogne-sur-Mer en 1973. Il vit près de Lille. L’Obscurité est son premier roman. Depuis, il a publié un second roman, La Sorcière de Templeuve (Les Perséides, 2012).

ISBN : 978-2-915596-34-2

Octobre 2007, 21 x 13 cm, 256 pages, 18 €