Grande Faim, de J.-F. Kierzkowski

Jean-François Kierzkowski,
Grande Faim

Grande Faim c’est un carnet, tenu au jour le jour par un narrateur anonyme, qui doit se nourrir de livres pour survivre parmi les fantômes de ses proches. C’est aussi une fable moderne drôle et inventive sur nos comportements boulimiques et les troubles identitaires qu’ils génèrent. Sur la terreur de la page blanche, qui, un jour, devient comestible… Lire Grande Faim c’est faire l’expérience du vertige. Dévorez !

Extrait : « Elle a coupé les arrêtes du livre puis l’a enfourné dans la bouche. J’ai vu l’ouvrage disparaître dans ce trou béant. Juliette a fermé les yeux. Sa gorge s’est déformée. Elle a récité : ‘notre bagne se trouvait à l’extrémité de la forteresse, au bord d’un rempart…’ Toute la nuit : Souvenirs de la maison des Morts. Mot après mot. Elle aurait pu dire le texte à l’envers, prononcer seulement les consonnes, les voyelles, une phrase sur deux… Le livre présent en elle. Elle était le livre. »

L’auteur : Jean-François Kierzkowski est né à Saint-Nazaire en 1975. Il vit à Nantes. Aux éditions Les Perséides, il a, depuis, publié deux autres romans : Vingt et un (2007) et Le Bibliomane (2010). Il est aussi l’auteur d’une trilogie pour la jeunesse dont les deux premiers volets, L’Institut Klémentine et Opération Groubachek, ont paru aux Perséides en 2012. Toujours en 2012, il a reçu le prix de la fiction de l’Académie de Loire-Atlantique et de Bretagne pour le scénario d’une bande-dessinée intitulée En route pour le Goncourt (éd. Cornélius).

ISBN : 978-2-915596-12-0

Novembre 2005, 21 x 13 cm, 128 pages, 15 €

Les Cibles disponibles

Nathalie Burel,
Les Cibles disponibles

roman

Comment l’histoire d’un adultère peut-elle subitement basculer dans le roman noir ? Tel est l’enjeu de ce livre, dans lequel un représentant de commerce démotivé et rongé par la culpabilité  arnaque des truands et laisse sa lâcheté désigner deux femmes comme boucs émissaires. Dans son premier roman, Nathalie Burel se livre à un jeu de massacre avec ses personnages, mené de bout en bout sur un mode polyphonique qui confère au récit le rythme et la profondeur d’une authentique tragédie moderne.

Extrait : « Je ne me sentais pas capable de remonter dans ma voiture pour errer dans des lotissements. J’ai consulté ma feuille de route en écoutant mon répondeur. Tony m’avait laissé deux messages. Le premier, cinq minutes avant l’heure prévue de ma pause, et le deuxième à l’heure de ma reprise. J’ai jeté mon portable par la fenêtre et je me suis dirigé vers l’infinité des allées en gravillons, vers l’univers féérique des zones pavillonnaires. »

L’auteur : Nathalie Burel est née à Rennes en 1976. Aux éditions Les Perséides, elle a publié deux recueils de nouvelles, La Vie ne sera plus pareille (2004) et Je suis un phasme (2005). Les Cibles disponibles est son premier roman.

ISBN : 978-2-915596-22-9

Août 2006, 21 x 13 cm, 160 pages, 15 €

Ci-contre : article de Claude Ollivier paru dans La Gazette de Berlin.

Sortir de la chambre, de Valérie Sourdieux

Valérie Sourdieux
Sortir de la chambre
roman

Sortir de la chambre est le récit d’une naissance en différé, celle de la narratrice qui, avant même de voir le jour, ressent le désir contrarié de sa mère. Enfant, elle se réfugie derrière la porte de sa chambre pour « se raconter des histoires ». Plus tard, elle poursuit sa quête d’identité en multipliant les rencontres, tout en construisant sa propre histoire. Radiographie de l’échec amoureux et de la transmission des névroses, ce roman est aussi un vibrant hommage à la mère, et à tous ceux qui, de près ou de loin, contribuent à donner la vie.

Extrait : « C’était un matin ordinaire d’un jour nouveau, à ce point inédit que mes mains se tenaient immobiles sur la table, que mes yeux ne pouvaient s’en détacher. Un matin où je me moquais bien de prendre une valise, de descendre dans le garage en sous-sol, de la luminosité blafarde dans la cuisine, de l’apparente tranquillité de l’appartement. J’avais soudain eu envie de pleurer de joie, et quel événement dans ma vie tout à coup… »

L’auteur : Valérie Sourdieux est née à Lyon en 1972. Sortir de la chambre est son premier roman (photo : © Thomas Chamonaz).

Octobre 2004, 18 x 12 cm, 128 pages, 13 €