Deux pépites de Jack London

Jack London
L’Ennemi du monde
(traduit de l’anglais par S. Le Fournis)

Ce livre réunit deux textes rares de Jack London, Mille morts et L’ennemi du monde, qui ne sont pas tant des récits du mal que de la déréliction qui y mène. Avec Emil Gluck, « l’ennemi du monde », London crée un de ses personnages les plus forts, celui d’un homme qui met son énergie au service d’une haine implacable vouée à l’humanité tout entière. Singulièrement, Gluck n’apparaît pas pour autant comme un monstre, mais presque comme une victime de la société qui l’a engendré. Ce texte prémonitoire au souffle étourdissant préfigure dès 1914 le cataclysme qui, un quart de siècle plus tard, plongera, par la folie d’un seul homme, le monde dans le chaos.

ISBN : 978-2-84418-026-1

Mai 2002, 17 x 12 cm, 72 pages, 12 € (+ 2 Euros de participation aux frais de port)

Méditerranée (nouvelles)

VisuelMediterraneeMéditerranée
(nouvelles)

Parce que sa relative grandeur permet les échanges sans entraver le rêve, la Méditerranée est la mer des livres sacrés, des légendes et des mythes, de la philosophie et de la raison scientifique. À l’heure où nombre de pays qui la bordent sont en proie à une profonde instabilité politique, elle est aussi le théâtre de terribles drames humains qui nous rappellent que la Mare Nostrum est avant tout un lieu de passage, pour le meilleur et pour le pire, un espace en perpétuel mouvement qui unit et désunit à la fois.
Tel est l’esprit qui préside à ce recueil de onze nouvelles, fruit d’un concours organisé par le groupe INSA. Leurs auteurs se sont emparés du thème de la Méditerranée pour en revisiter les mythes ou évoquer l’actualité, sur le mode de la tragédie moderne, du récit historique, de l’humour ou de l’anticipation.

Illustrations de Srï.

ISBN : 978-2-37125-012-3
Mai 2015, 21 x 14 cm, 130 pages, 12 € (+ 2 € de participation aux frais de port)

Bigger than life

Nathalie Burel,
Bigger than life

(nouvelles)

Extrait : « Dès le collège, il avait formé le projet de devenir fonctionnaire. Il rêvait d’un emploi consistant à séjourner dans un bureau, devant un ordinateur et une pile de papiers qu’on lui demanderait de saisir ou de trier. Qu’on lui donne une tâche en début de journée, sans qu’il ait à assumer de responsabilité majeure, qu’on n’attende de lui ni prise de décision ni initiative. Mais que d’une certaine manière on l’assure que ce travail lui appartiendrait toujours et le soustrairait définitivement à l’angoisse du chômage comme à celle d’être pris en faute […]. »

L’auteur : Nathalie Burel est née à Rennes en 1976. Elle est enseignante. Bigger than Life est le troisième recueil de nouvelles qu’elle publie aux éditions Les Perséides, où elle a également fait paraître un premier roman : Les Cibles disponibles, en 2006.

Mars 2013, 21 x 13 cm, 128 pages, 15 €
ISBN : 9782915596-90-8

Fin de voyage, de Jacques Péron

Jacques Péron, Fin de voyage

Qu’il surgisse dans l’Utah ou aux confins du Finistère, le fantastique de Fin de voyage, tantôt macabre et tantôt familier, détourne la réalité de ses chemins habituels pour lui faire emprunter des voies d’entre deux mondes. Revêtant tour à tour le masque de l’animal et celui de l’humain, les traits d’un enfant asocial ou ceux d’une vieille acariâtre, ses personnages fantômatiques sont souvent des exilés, des êtres en perdition qui atteignent le bout de leur voyage dans le réel. Avec ce recueil de nouvelles Jacques Péron signe une œuvre riche de poésie, d’humour et de mystère.

Extrait : « J’ai pris le large pendant quelques jours avant de me remettre à mes travaux de recherche. Seul dans ma maison silencieuse, je noircis moi aussi les pages d’un grand cahier. J’évite de regarder dans la direction de Bénodet ; il est quatre heures, l’heure fatidique, et je ne sais que trop comment s’éteignent les réverbères de la corniche, un jaune puis un blanc, et ainsi de suite jusqu’à ce que tout plonge dans le noir. Je sais aussi qu’à mi-chemin entre l’anse du Trez et la pointe Saint-Gilles il n’y a plus aucune lumière : c’est la nuit, nous le savons tous, qui finit toujours par l’emporter. »

Préface de Michel Menu.

L’auteur : Auteur d’une thèse sur Les Images maritimes de Pindare (Klincksieck, 1974), Jacques Péron a été professeur de lettres classiques à l’université de Toulouse, puis de Rennes 2.  Il a écrit un nombre impressionnant de nouvelles, genre où il excelle. Fin de voyage rassemble les plus remarquables d’entre elles.

ISBN : 978-2-915596-23-6

Mai 2006, 21 x 13 cm, 256 pages, 18 €

La Rivière aux anguilles et autres nouvelles

Un enfant autiste qui sauve un vieil harki, un peintre tourmenté par un amour manqué, un musicien sans-papier loin de son pays natal, une adolescente enfermée dans un bus… Autant de personnages que le destin embarque pour des croisières diverses et éprouvantes en Bretagne, des bords de mer au cœur de la forêt, de Tréguier à Rennes, de Lannion à Saint-Brieuc ou Plougrescant (pour la revue de presse, c’est par ici (Ouest France)  et par là (Le Télégramme).

Extrait : « C’est un cri sourd en même temps qu’un bruit de chute qui lui fît lever la tête. Un râle autant qu’un gémissement étouffé. Là, tout près, où buissonnent les glaïeuls d’eau, les prêles aux fuseaux élégants. Et aussitôt des remous, des battements agitant les joncs, balançant leurs épis globuleux, les courbant jusqu’à les écraser dans un bouillonnement d’eau troublée. Puis une gerbe d’eau éclatée à l’endroit même où la rivière bouillonne, gifle les roches, avale les branches basses aux doigts nus, les herbes convulsées comme autant de flammes insaisissables. »

L’auteur : Henri Le Bellec vit à Tréguier, où il a enseigné une grande partie de sa carrière. Il est notamment l’auteur de travaux universitaires, d’essais, de recueils de poèmes et de nouvelles.

 

Décembre 2011, 21 x 13 cm, 172 pages, 16 €

La Vie ne sera plus pareille

Nathalie Burel,
La Vie ne sera plus pareille
(nouvelles)

Extrait : « Si je garde ce petit avocat, je suis bon pour rester en taule encore longtemps. Je revois ces reportages du jeudi, sur fond de pays en voie de développement, des hommes jetés en prison, innocentes, défendus par des idiots du village, des analphabètes aux poches pleines. Je n’aurais jamais cru avoir un destin pareil. Certains soirs de mes vingt ans, quand je m’éternisais chez des filles qui visiblement ne voulaient pas de moi, je me disais la même chose : je n’ai rien fait pour mériter ça. »

Présentation : Pendant les fêtes de Noël, un homme s’interroge sur les motifs qui l’ont poussé à assassiner son beau-frère. Un autre voit sa vie basculer à la suite d’une rencontre arrivée, semble-t-il, par hasard. Un prêtre qui aime trop les garçons, un souffre-douleur… Sur le registre de l’humour ou de la désillusion, ces dix nouvelles nous entraînent dans des histoires à double fond dont tous les personnages sont confrontés à un choix décisif : le meurtre, la fuite, la résignation… Pour eux, désormais, « la vie ne sera plus pareille ».

L’auteur : Nathalie Burel est née à Rennes en 1976. La Vie ne sera plus pareille est son premier recueil de nouvelles.

Novembre 2004, 18 x 12 cm, 112 pages, 12 €

Mrs Lee, d’Achim von Arnim

Achim von Arnim, Mrs Lee,
traduit de l’allemand par Armand Robin

Extrait : « Déjà, au cours de son histoire d’enfant avec Laudon, elle s’était laissée aller à des accès de petit démon : au plus beau des grands sentiments, elle se mettait à persifler le meilleur de leur amitié ; maintenant, ces variations, ces retournements subits se multipliaient, devenaient choquants ; mais elle évoluait en un milieu d’hommes très vulgaires qui s’émerveillaient de ces sautes d’humeur comme d’autant de signes d’un esprit supérieur et ne voyaient que suprême, grâce dans ses pires extravagances. »

Présentation : Basées sur des faits divers authentiques, Mrs Lee et Les Folies de l’invalide — deux nouvelles ici traduites par Armand Robin — s’inscrivent parmi les fictions majeures du romantisme allemand, qui a donné tant de chefs d’œuvre littéraires. La première relate l’enlèvement de Mrs Lee, figure féminine à mi-chemin entre Manon Lescaut et l’Odette de Swann, par deux frères, l’un amoureux et l’autre aimé de la belle. La seconde, dont l’action se déroule à Marseille, saisit la folie amoureuse dans ce qu’elle a de plus grotesque et de plus sublime à la fois..

Préface d’Antoine Menant

L’auteur : Contemporain de Goethe et de Novalis, Achim von Arnim (1781-1831) fut l’un des maîtres de la littérature romantique allemande. Ses contes et romans, comme Isabelle d’Égypte, ont eu une grande influence en Allemagne et à l’étranger, notamment en France, au XXe siècle, sur les surréalistes.

Décembre 2006, 18,5 x 12 cm, 112 pages, 12 €