La Mer pour horizon, de Goulven Le Brech

VisuelMer

Goulven Le Brech
La Mer pour horizon.
Itinéraires littéraires sur les côtes de la Manche

Espace visuel et mental, la mer, telle qu’elle se présente sur les côtes de la Manche, offre à la contemplation un vaste horizon en perpétuel mouvement. Un horizon qui a influencé de nombreux écrivains, philosophes et poètes d’hier et d’aujourd’hui. L’auteur des textes qui sont ici réunis propose de déambuler sur leurs pas, entre Cancale et Douarnenez, sur la côte du Dorset et dans les îles anglo-normandes.

Goulven Le Brech est archiviste à Sciences Po (Paris).
Aux éditions Les Perséides, il a publié John Cowper Powys, une philosophie de la vie, coécrit avec Pierrick Hamelin (2012).

ISBN : 978-2-37125-003-1
Juillet 2014, 21 x 14 cm, 100 pages, 12 €

Rire noir, de Llewelyn Powys : Kenya, 1914-1919

Llewelyn Powys,
Rire noir

En 1914, alors qu’il est déjà l’homme de lettres habitué à donner des conférences en Amérique, Llewelyn Powys (l’un des frères de John Cowper) s’embarque pour l’Afrique orientale britannique (l’actuel Kenya), où il va vivre pendant cinq ans. Chargé de la surveillance des fermes, d’abord celle de son frère William, qui sera mobilisé durant son séjour pour aller combattre les troupes coloniales allemandes, puis celle du Grand Rift, où paissent 10.000 têtes de bétail, Llewelyn va vivre une expérience qui le marquera à jamais « dans sa chair », et qu’il restituera par la suite dans Ebène et Ivoire, puis Rire noir, restés inédits à ce jour. Rien ne manque au tableau de cette Afrique sauvage et de son âpre violence, la loi de la nature se doublant de la présence de l’homme qui, loin de la pondérer, en accroît la brutalité : l’économie de plantation fondée sur l’exploitation de la main d’œuvre « indigène » (Swahili, Kikuyu, Masaï), les scènes de chasse en brousse, le cycle de la vie et de la mort qui est « le rythme même de l’Afrique », sans oublier l’impitoyable galerie de coloniaux (dont un collectionneur de crânes humains) auxquels l’apprenti-fermier, abandonnant tout préjugé, finit par préférer l’ami Masaï. L’omniprésence de la mort n’enlève rien à la splendeur des paysages ni aux ombres et lumières du « damier » africain que le regard de l’homme blanc, si profond soit-il, ne peut sonder. Chez Llewelyn Powys, l’Afrique est, bien plus qu’une expérience physique, une expérience métaphysique.

Cet ouvrage a été traduit de l’anglais par Christiane Armandet et Anne Bruneau.

ISBN : 978-2-915596-87-8

Décembre 2012, 21 x 13 cm, 192 pages, 18 €

John Cowper Powys, une philosophie de la vie

Pierrick Hamelin et Goulven Le Brech, John Cowper Powys. Une philosophie de la vie.

Poète, romancier et philosophe d’envergure, John Cowper Powys est encore trop méconnu en France, malgré la traduction de la quasi-totalité de ses livres ainsi que d’une partie de son Journal et de sa correspondance. Fils de pasteur anglais, né en 1872 dans le Derbyshire, il est l’aîné d’une famille de onze enfants. Élevé dans la tradition victorienne, il se forge très jeune une pensée personnelle par la lecture et un contact privilégié avec la nature du Dorset, lieu de son enfance. Puis vient le temps de l’errance aux États-Unis où il exerce la profession de conférencier itinérant pendant plus de vingt ans. Cet exil volontaire sera le moteur d’une œuvre originale et féconde, faite d’essais (Le sens de la culture, Apologie des sens, Une philosophie de la solitude) et de grands romans (Wolf Solent, Weymouth Sands, Les Enchantements de Glastonbury). La maturité le transporte au nord du Pays de Galles, où il poursuit son oeuvre et où il s’éteint, en 1963. Débordant d’imagination, John Cowper Powys croyait au pouvoir de la volonté et à la puissance créatrice de l’homme. Sa pensée, d’une grande modernité, propose de concevoir la philosophie comme un art et la vie comme une quête du bonheur. Cet ouvrage, co-écrit par Goulven Le Brech et Pierrick Hamelin, présente la philosophe de la vie de John Cowper Powys au travers d’un essai et d’un abécédaire, complétés par des repères biographiques et une bibliographie.

Ce qu’il avait de commun avec les êtres inférieurs que nous étions, c’était une considération extrême pour les droits et les privilèges de l’individu. (Henry Miller, Les Livres de ma vie)

Les auteurs : Goulven Le Brech est archiviste et il vit à Gentilly. Spécialiste du philosophe Jules Lequier auquel il a consacré une biographie (La Part Commune, 2007), il est aussi l’auteur d’un récit de pérégrinations en Nouvelle-Calédonie, Sur le Caillou (Petit Pavé, 2010) et d’un essai, La mer pour horizon (Les Perséides, 2014).
Pierrick Hamelin vit et enseigne en Loire-Atlantique, près de Nantes. Aux Editions Les Perséides, il a déjà publié Point de fuite (2005), Une dernière fois la mer (2007), Promenades philosophiques (2009) et Manège (2010).

Juillet 2012, 21 x 14 cm, 128 pages, 15 €

Promenades philosophiques, de Pierrick Hamelin

Promenades philosophiques, de Pierrick HamelinPierrick Hamelin
Promenades philosophiques

L’étrange narrateur de cette histoire aime à tel point converser avec les philosophes que son créateur l’a doté du pouvoir de se jouer du temps et de l’espace. Il peut ainsi se rendre tour à tour auprès de John Cowper Powys, Jules de Gaultier (le théoricien du bovarysme), Giuseppe Rensi, Arthur Schopenhauer, Giacomo Leopardi, Oscar Wilde, Charles Baudelaire et Søren Kierkegaard, pour s’entretenir avec chacun d’eux de leurs rapports à l’existence et à la vérité : religion, illusion, amour… Dans le jeu de ces conversations imaginaires, la règle fut de respecter à la lettre les écrits des auteurs. Aussi est-ce avant tout sur leurs traces que Pierrick Hamelin invite le lecteur à le suivre. Tous les propos « recueillis » ici recoupent cependant nombre de chemins empruntés dans ses romans. Les Promenades proprement dites sont suivies de notices biographiques des huit écrivains philosophes rencontrés dans ces pages.

L’auteur : Pierrick Hamelin vit et enseigne en Loire-Atlantique. près de Nantes. Il a publié plusieurs essais, comme Kaléidoscope (Éditions du Petit Véhicule. 2001). Il est aussi l’auteur de trois romans où se mêlent habilement poésie, humour et méditation, tous publiés aux éditions Les Perséides : Point de fuite (2000), Une dernière fois la mer (2007) et Manège (2011).

ISBN : 978-2-915596-53-3

Mai 2009, 20 x 13 cm, 156 pages, 15 €