Portugal, un voyage dans le temps

VisuelPortugalNuno Júdice et Bernard Cornu
Portugal. Un voyage dans le Temps
Uma viagem no Tempo

Méditation poétique et philosophique sur le passage du temps, le texte présenté ici séduira tous les amoureux du Portugal. En vrai poète, Nuno Júdice inscrit sa réflexion loin de tout lieu commun sur son pays natal, qui n’est pas seulement celui du fado et de la saudade. Comme il le rappelle dans ces pages, l’âme ou l’identité portugaise est d’abord issue des paysages, qui tirent leur force de la terre tout en étant tournés vers l’Océan. « Mais le paysage, écrit Júdice, n’est pas responsable de cette qualité fictionnelle que nous lui prêtons. Il existe, il a une individualité que nous reconnaissons à chaque pas, alors qu’au bout de quelques kilomètres tout change soudain, comme si le pays était fait de morceaux et que chacun d’eux corresponde à un bout de cette âme qui nous accompagne de l’extrême sud à l’extrême nord, de l’Atlantique à la frontière espagnole. »

Le texte est accompagné ici des superbes photographies en noir et blanc du Breton Bernard Cornu, fin connaisseur du Portugal, qu’il a parcouru en tous sens et qu’il photographie depuis plus de dix ans. Ces clichés nous amènent, de page en page, à la fois à Lisbonne et au fond des campagnes portugaises, au plus près des visages et au point le plus lointain de l’horizon, nourrissant, plus qu’illustrant, le dialogue entre les mots et les photos.

Le texte, présenté ici dans une édition bilingue, a été traduit du portugais par Anne-Marie Quint, professeur émérite de littérature et de civilisation du Portugal et du Brésil à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris III.

ISBN : 978-2-915596-93-9

Mai 2013, édition reliée, 24 x 17 cm, 160 pages, 25 € (+ une participation aux frais de port de 3 €)

Cliquer sur le lien qui suit pour consulter l’article de Philippe Delacotte paru dans Le Télégramme : http://www.letelegramme.fr/ig/loisirs/livres/portugal-un-voyage-dans-le-temps-11-08-2013-2199196.php

Skull Fragments, de Michael Arnzen

Michael A. Arnzen, Skull Fragments,
traduit de l’anglais (USA) par Jérôme Charlet

Présentation : « Un zombie évolué sait qu’il ne faut pas se jeter directement sur le cerveau. Comprenant les lois de la physique, il ne craint pas le feu. Ainsi, il fait cuire ses victimes courtoisement, les liant directement à un fauteuil de métal plongé dans une grande casserole. Au point d’ébullition, il dépose à l’intérieur du crâne un sachet à thé, afin de déguster une infusion de fluides encéphaliques aux herbes en guise d’apéritif, juste avant de passer à table. »

Édition bilingue

L’auteur : « La légende veut que Michael A. Arnzen soit né à Amityville (mais dans quelle maison, personne ne le dit…). Ses débuts d’écrivain, il les effectue durant son service militaire, en inventant des histoires horrifiques pour distraire le régiment. Puis, une fois l’armée quittée, viennent les textes plus aboutis, les publications remarquées. Jusqu’au jour où, en 1994, son premier roman, Grave Markings, obtient le Bram Stoker Award. Il enseigne aujourd’hui l’écriture des fictions populaires à l’université de Seton Hill. Il est l’auteur de deux romans et d’un nombre impressionnant de fictions plus ou moins courtes. Skull Fragments est la première publication française de cet auteur récompensé par quatre Bram Stoker Awards.

ISBN : 978-2-915596-62-5

Mai 2009, 13 x 8 cm, 64 pages, 6 €

Pantouns malais

Georges Voisset
Pantouns malais

Présentation : « Pour moi, rêveur sans doute plus que de raison, le pantoun, c’est une image, une comparaison. Une seule, sertie en quatre vers. Aurais-je raison ? C’est que le terme même de pantun, d’étymologie obscure mais présent à travers l’immense Archipel malais, signifie exactement cela… Le reste est littérature. Stock gratuit, inépuisable, rechargeable, interchangeable, ré-échangeable ; non seulement sans pénalités, mais avec tout le surplus de bonheur ! » (Georges Voisset)

Choix et traduction de Georges Voisset.

ISBN : 978-2-915596-55-7

Février 2009, 14 x 8 cm, 96 pages, 8 €