Llewelyn Powys,
Rire noir

En 1914, alors qu’il est déjà l’homme de lettres habitué à donner des conférences en Amérique, Llewelyn Powys (l’un des frères de John Cowper) s’embarque pour l’Afrique orientale britannique (l’actuel Kenya), où il va vivre pendant cinq ans. Chargé de la surveillance des fermes, d’abord celle de son frère William, qui sera mobilisé durant son séjour pour aller combattre les troupes coloniales allemandes, puis celle du Grand Rift, où paissent 10.000 têtes de bétail, Llewelyn va vivre une expérience qui le marquera à jamais « dans sa chair », et qu’il restituera par la suite dans Ebène et Ivoire, puis Rire noir, restés inédits à ce jour. Rien ne manque au tableau de cette Afrique sauvage et de son âpre violence, la loi de la nature se doublant de la présence de l’homme qui, loin de la pondérer, en accroît la brutalité : l’économie de plantation fondée sur l’exploitation de la main d’œuvre « indigène » (Swahili, Kikuyu, Masaï), les scènes de chasse en brousse, le cycle de la vie et de la mort qui est « le rythme même de l’Afrique », sans oublier l’impitoyable galerie de coloniaux (dont un collectionneur de crânes humains) auxquels l’apprenti-fermier, abandonnant tout préjugé, finit par préférer l’ami Masaï. L’omniprésence de la mort n’enlève rien à la splendeur des paysages ni aux ombres et lumières du « damier » africain que le regard de l’homme blanc, si profond soit-il, ne peut sonder. Chez Llewelyn Powys, l’Afrique est, bien plus qu’une expérience physique, une expérience métaphysique.

Cet ouvrage a été traduit de l’anglais par Christiane Armandet et Anne Bruneau.

ISBN : 978-2-915596-87-8

Décembre 2012, 21 x 13 cm, 192 pages, 18 €