Jean-Yves Guiomar, L’Idéologie nationale.
Nation, représentation politique et territorialité

Présentation : De l’essor de la monarchie absolue à la fin du XVIIIe siècle, la patrie et la nation françaises sont comprises comme le corps imaginaire du roi en expansion, mais elles commencent bientôt à s’en détacher. Le temps fort de cette évolution est la Révolution française qui proclame la souveraineté de la nation, élimine le roi et fonde la République. Ce processus est jalonné de bout en bout de représentations et d’actes politiques constituant l’idéologie nationale analysée ici.
Dans l’ancien royaume, tout — choses, sujets, territoires — appartenait au roi. En 1789, le territoire change de statut : il devient la base physique de la représentation des citoyens. Mais il est aussi l’objet d’une valorisation nouvelle par la guerre que déclarent les révolutionnaires français en 1792, donnant à la France une extension géographique inconnue jusque-là. C’est cette valorisation qui est au centre du livre. Par ses effets sur la construction politique de la France moderne et contemporaine, en particulier sur la relation entre pouvoir législatif et pouvoir exécutif, elle pose des questions fondamentales qui depuis deux siècles sont au cœur des préoccupations des Français. Elle influe puissamment sur les rapports actuels de la France avec l’Europe et l’ensemble du monde.

L’auteur : L’idéologie nationale, ouvrage publié pour la première fois en 1974, est ici présenté dans une nouvelle édition refondue et corrigée. Titulaire d’un doctorat d’Etat en histoire contemporaine, Jean-Yves Guiomar mène depuis les années 1970, parallèlement à sa carrière dans l’édition, des recherches qui ont donné lieu à de nombreuses publications. Son dernier ouvrage, L’Invention de la guerre totale – XVIIIe-XXe siècle a paru en 2004.

Septembre 2009, 21 x 14 cm, 248 pages, 18 €