Pierrick Hamelin et Goulven Le Brech, John Cowper Powys. Une philosophie de la vie.

Poète, romancier et philosophe d’envergure, John Cowper Powys est encore trop méconnu en France, malgré la traduction de la quasi-totalité de ses livres ainsi que d’une partie de son Journal et de sa correspondance. Fils de pasteur anglais, né en 1872 dans le Derbyshire, il est l’aîné d’une famille de onze enfants. Élevé dans la tradition victorienne, il se forge très jeune une pensée personnelle par la lecture et un contact privilégié avec la nature du Dorset, lieu de son enfance. Puis vient le temps de l’errance aux États-Unis où il exerce la profession de conférencier itinérant pendant plus de vingt ans. Cet exil volontaire sera le moteur d’une œuvre originale et féconde, faite d’essais (Le sens de la culture, Apologie des sens, Une philosophie de la solitude) et de grands romans (Wolf Solent, Weymouth Sands, Les Enchantements de Glastonbury). La maturité le transporte au nord du Pays de Galles, où il poursuit son oeuvre et où il s’éteint, en 1963. Débordant d’imagination, John Cowper Powys croyait au pouvoir de la volonté et à la puissance créatrice de l’homme. Sa pensée, d’une grande modernité, propose de concevoir la philosophie comme un art et la vie comme une quête du bonheur. Cet ouvrage, co-écrit par Goulven Le Brech et Pierrick Hamelin, présente la philosophe de la vie de John Cowper Powys au travers d’un essai et d’un abécédaire, complétés par des repères biographiques et une bibliographie.

Ce qu’il avait de commun avec les êtres inférieurs que nous étions, c’était une considération extrême pour les droits et les privilèges de l’individu. (Henry Miller, Les Livres de ma vie)

Les auteurs : Goulven Le Brech est archiviste et il vit à Gentilly. Spécialiste du philosophe Jules Lequier auquel il a consacré une biographie (La Part Commune, 2007), il est aussi l’auteur d’un récit de pérégrinations en Nouvelle-Calédonie, Sur le Caillou (Petit Pavé, 2010).
Pierrick Hamelin vit et enseigne en Loire-Atlantique, près de Nantes. Aux Editions Les Perséides, il a déjà publié Point de fuite (2005), Une dernière fois la mer (2007), Promenades philosophiques (2009) et Manège (2010).

Juillet 2012, 21 x 14 cm, 128 pages, 15 €