Guillaume Lejean, Charette, suivi de Cadoudal.

Extrait : « Par une orageuse journée d’hiver, un petit cutter sortait de Brest, ayant à bord quelques matelots et notre jeune garde-marine. La mer était affreuse, le vent furieux. Un grain emporte le mât du frêle navire ; les marins, éperdus, tombent à genoux et refusent de continuer un travail en quelque sorte inutile. Charette les presse, les supplie, les menace. Rien ne lui réussit. Il arme froidement un pistolet et brûle la cervelle à l’un des plus obstinés. Les autres, atterrés, se portent alors à la manœuvre. »

Préface et notes de Jean-Yves Guiomar.

Avril 2006, 19,5 x 13 cm, 144 pages, 12 €